Ce titre peut paraître contradictoire, étant donné qu’une pose longue est utilisée généralement en basse lumière, et que de jour, par définition, on n’est pas en basse lumière. Faites l’essai, une pose de 5 secondes dehors en journée, et votre photo va être surexposée, voire carrément blanche.

Cependant, il existe un petit accessoire qui va vous permettre de réaliser ce petit tour de passe-passe. Il s’agit d’un filtre gris neutre comme le ND400, qui va vous permettre de perdre jusqu’à 9 diaf (En gros, il va vous falloir fermer le diaphragme 9 fois pour obtenir la même exposition à vitesse équivalente).

Filtre ND400

Grâce à ce filtre, il va maintenant être possible de baisser la vitesse. Mais pourquoi faire ? Et bien cela peut permettre de faire pas mal de choses sympathiques. Un des premiers usages est de pouvoir prendre une photo sans que les sujets mobiles y apparaissent (pour faire disparaître les piétons et les voitures d’une rue par exemple). En effet, ces sujets passent tellement vite (en comparaison du temps de pose) qu’ils n’ont pas le temps d’imprimer significativement le capteur ou le film.

On peut aussi imaginer des effets « fantomatiques », avec un sujet qui reste immobile une partie de la prise de vue, puis qui s’en va. Cela donnera une transparence au sujet, voir un effet de « filé » si le sujet bouge lentement.

Ce filtre est aussi beaucoup utilisé pour obtenir un flou sur de l’eau « vive », qui donne un effet de mouvement ou bien au contraire peut permettre d’obtenir une mer sans vague (ou un ciel sans nuage).

Enfin, le fait de faire de la pose longue change la manière dont la lumière est capté par l’appareil, ce qui peut donner des résultats intéressants. Malheureusement, ce phénomène est difficilement quantifiable, et il faudra procéder par essais.

Il existe plein d’autres applications de cette technique, donc n’hésitez pas à tester, et n’hésitez pas à nous mettre vos plus belles photos en commentaire. Toutes les remarques, questions, précisions sont bien entendus bienvenues.