La plupart des gens pensent qu’être photographe est réservé aux personnes possédant une sensibilité artistique, un « œil », une espèce de talent inné pour composer des images, repérer la bonne lumière. C’est d’ailleurs peut-être votre cas.

2012-03-10_1331393199

Cette idée reçue fait que les personnes qui prennent des photos se retrouvent divisées en deux catégories: les photographes, qui possèdent donc un pouvoir magique, et les autres, qui se contentent de faire de la photo souvenir, et qui n’ont aucune chance de réussir un jour une photo (sauf par hasard). Et bien entendu, il est parfaitement impossible de passer de la deuxième catégorie à la première. Quand on est pas bon, c’est pour la vie.

Vous vous en doutez, ceci est bien entendu complètement faux. Attention, je ne nie pas que certaines personnes puissent posséder un sens artistique inné, et que certains photographes naissent avec. Ce que je dis, c’est que l’on peut devenir un bon photographe sans avoir plus de sens artistique qu’une huître.

Et si je vous en parle, c’est parce que c’est exactement mon cas. Je n’ai jamais eu le sens artistique. D’ailleurs, avant de me mettre à la photo, je ne m’intéressais absolument pas à tout ce qui touche de près ou de loin à l’art. Aujourd’hui encore, j’ai beaucoup de mal avec l’art visuel qui ne soit pas figuratif (en gros, l’art moderne ne me parle pas).

Vous vous demandez peut-être comment j’ai fait pour pouvoir faire de la photo mon métier ? Et bien c’est simple: en travaillant.

Pendant longtemps, j’ai appris la technique, puis comment l’utiliser. Ce fut des heures de lectures, de tests, de sorties photos sans autre but que de tester une nouvelle technique (et donc souvent en revenant sans une seule photo potable).

Ensuite, je passe beaucoup de temps à regarder des photos sur internet, dans des livres, pour m’inspirer des compositions, des sujets, des lumières. C’est un excellent exercice qui permet de former votre œil et votre cerveau. Analyser la technique, comprendre pourquoi telle composition marche, etc..

Je sors régulièrement pour faire des photos, sans but précis. J’ai aussi de la famille dans le métier, qui critique mon travail et m’aide à progresser. Et même si parfois cela peut-être vexant à entendre (qui aime bien châtie bien), c’est un formidable moyen de repérer ses erreurs et de ne plus les refaire.

En fait cela peut se résumer à:

  • La technique
  • L’inspiration
  • La pratique
  • La critique
  • La régularité

Si j’ai pu le faire, sans posséder aucun talent artistique, et sans être plus intelligent que la moyenne, cela veut dire que vous le pouvez aussi !