J’entends très souvent des photographes dire qu’avoir un reflex implique de travailler en mode Manuel. Que celui qui utilise le mode automatique, voire les modes priorités (vitesse ou ouverture) est un iconoclaste qui n’y connait rien. Ces photographes se divisent en deux catégories:

  1. Les bons. Ils travaillent en manuel, et en voyant leurs photos, on voit qu’ils ont raison. Ils s’éclatent comme ça, et font de l’excellent travail. Ceux là vont conseiller le mode manuel, mais rarement juger ou dénigrer ceux qui travaillent différemment
  2. Les pas bons. Ils font des photos moyennes ou mauvaises, mais faut rien leur dire, parce que « t’as vu, je suis un cador, je bosse en tout manuel ! ». Et qui vous explique que si vous ne travaillez pas en manuel, autant vous équiper d’un jetable !

Bon, et alors que faut il faire ?

En ce qui me concerne, lorsque je suis en reportage, il n’y a souvent qu’un paramètre qui m’importe concernant le rendu de ma photo. Donc je m’occupe de ce paramètre (en règle général l’ouverture – mode A ou Av), je choisis le bon mode de mesure de lumière en fonction de mon sujet, je fait ma mesure d’exposition à l’endroit que j’ai choisis, et l’appareil s’occupe du reste. Bien entendu, cela implique de connaître son matériel, de connaître les différents modes de mesure de lumière, de choisir le bon. Cela implique de jeter quand même un coup d’oeil à l’autre paramètre histoire de vérifier qu’il ne soit pas trop dans les choux (par exemple, que la vitesse ne soit pas trop lente en basse lumière).

Bien entendu, je pourrais arriver au même résultat en manuel, mais je préfère travailler comme ça, alors pourquoi me priver ?

A quoi me sert le mode manuel alors ?

Je me sers du mode manuel dès que je travaille au flash. En studio bien sur, je mesure ma lumière avec une cellule, et je me cale sur les indications qu’elle me fourni. Mais aussi lorsque j’utilise le flash en extérieur. En effet, au flash, je vais gérer l’exposition de la lumière ambiante avec la vitesse, et l’exposition du flash avec l’ouverture.

Modèle: Laura Berthelot

Je me sers aussi du mode manuel lorsque la lumière est trop difficile ou trop faible. Typiquement lors de photos de spectacles ou de concerts.

Enfin, je l’utilise lors de poses longues, voire très longues, principalement pour du paysage ou de la photo de nuit.

Bref, le mode manuel n’est pas une obligation, mais une possibilité parmi d’autre. Le tout est que vous trouviez un mode de fonctionnement qui vous convienne ! Mais surtout, ne laissez pas la technique prendre le pas sur votre créativité.

Et vous, comment travaillez-vous ?