La contrainte est une excellente chose pour qui veut progresser en photo. Elle permet d’exercer son oeil, de tirer le meilleur parti de son matériel, de s’adapter à toutes les situations.

La contrainte matérielle

Nous sommes tous limité par notre matériel photo. Quel qu’il soit. Vous pouvez avoir le meilleur boitier du monde, il possède ses limites. La meilleure optique aussi. Combien de photographes passent leur temps à rêver à tel boitier, telle optique, tel accessoire ? Il faut apprendre à tirer le meilleur parti de ce que l’on a, et savoir dans quelle situation vous ne pourrez plus rien obtenir de bon. Bien sur, cela ne doit pas vous empêcher d’économiser pour du meilleur matériel !

En fait, il s’agit de passer de « ah, quelle belle photo je pourrais faire si j’avais tel matériel » à « alors, quelle belle photo vais-je faire avec ce que j’ai ». Et je vous garantis que cela change tout !

Les focales fixes

Au delà de leur qualité optique à un coût largement moindre qu’un zoom de qualité équivalente, une focale fixe peut vous faire faire de fantastiques progrès !

En effet, le zoom a tendance à rendre paresseux: je peux gérer mon cadrage sans bouger de l’endroit ou je suis. Du coup, je vais peut être rater tel élément de mon environnement qui viendrais parfaitement s’intégrer dans ma composition, ou alors au contraire, tel élément perturbateur dans mon cadre.

Alors qu’une focale fixe, en vous obligeant à bouger, à vous éloigner ou vous rapprocher de votre sujet, à tourner autour, vous permet d’embrasser du regard l’ensemble de la scène, et à travailler votre cadrage de manière beaucoup plus poussée.

L’auto-contrainte

Et si on poussait l’exercice un peu plus loin ? La prochaine fois que vous sortez prendre des photos, imposez vous une contrainte (ou plutôt un challenge !). Par exemple, réglez votre appareil sur le mode Noir et Blanc. Cela vous permettra de vous habituer au différences de contrastes, aux nombreuses nuances de densité qui composent une photo, sans être perturbé par les informations de couleur.

Ou bien encore imposez vous d’intégrer un élément sur chacun de vos clichés; sans cet élément, vous ne déclenchez pas ! Cela peut être un objet (chaque photo doit contenir une porte par exemple), ou alors une couleur (un élément rouge, ou jaune, etc…).

Vous pouvez aussi vous imposer un réglage particulier: travailler uniquement à pleine ouverture, ou alors à une vitesse lente.

Bref, ce genre de contrainte vous permettra de réaliser des images que vous n’auriez probablement jamais prises, tout en aiguisant votre regard sur le monde qui vous entoure. N’est ce pas la but de chaque photographe ?