Je rencontre de plus en plus de jeunes photographes amateurs qui veulent passer pro, sans forcément se rendre compte de ce que cela implique. En effet, en devenant pro, la prise de vue devient une partie minoritaire du travail. Nous allons voir dans une série d’articles quelques éléments indispensables à prendre en compte.

Livrer de bonnes photos quelles que soient les circonstances

A partir du moment où l’on fait payer une prestation, il faut fournir au client un travail de qualité. Tout d’abord par respect pour le client, qui vous fait confiance, mais aussi pour votre image: un client satisfait le dit à une personne, un client mécontent le fait savoir à dix ! Et une mauvaise réputation est très difficile à effacer.

Voilà pourquoi vous devez livrer des photos qui soient au minimum irréprochables techniquement: cadrage, gestion de la lumière, attitude et pose des sujets, etc… Et ce quelles que soient les circonstances. Que vous n’ayez pas dormi la nuit précédente, que le courant ne passe pas avec vos mariés, que l’enfant que vous prenez soit odieux, il faut assurer ! Bien sur que les circonstances feront que vous prendrez de plus ou moins belles photos. Il faut juste que les moins belles soient quand même belles…

Lors de la selection, soyez exigeant: il faut privilégier la qualité à la quantité. Bien entendu, on ne livre jamais des rushes (photos sorties de l’appareil), mais il faut les selectionner, les traiter (si vous travaillez en raw), rattraper les petites erreurs à la prise de vue (horizon penché, mauvaise balance des blancs, etc…).

Il me semble inconcevable que quelqu’un qui se fasse payer pour une prise de vue puisse directement vider sa carte sur un CD et livrer ça tel quel au client.

Dans l’idéal, essayez toujours de fournir un tirage des photos que vous livrez: un beau tirage valorise votre travaille, et donne un étalon de la qualité de votre travail. Si votre client visionne vos images sur un écran mal calibré, ou qu’il fait un tirage pourri, il saura que le problème vient de lui, et pas de votre travail.

Donc posez-vous la question: Suis-je capable de fournir un travail livrable en toute circonstance ?